Conseil municipal extraoridnaire sur l’éducation : intervention du PG

Image« Au moment où est soumis « Le manifeste pour l’égalité de nos enfants » par la municipalité qui éclaire le déni d’égalité qui est fait aux enfants de Saint Denis quant aux conditions de la réussite scolaire, le gouvernement nous impose une réforme des rythmes scolaires dans un véritable déni de démocratie. Cela se fait sans concertation préalable avec les différents acteurs éducatifs (parents, enseignants, personnels territoriaux en charge de l’animation ou spécialisés en école maternelle, mais aussi les personnels des conservatoires, des écoles municipales, les animateurs sportifs…). Beaucoup d’interventions dans ce conseil municipal extraordinaire ont été faites en ce sens et nous pourrions espérer qu’un article du manifeste soit consacré à dénoncer cette orientation dont nombre de nous observent qu’elle sert à masquer et à détourner de notre aspiration à créer l’égalité scolaire et la continuité du service public d’Éducation sur tout le territoire. Et que cette réforme ne puisse voir le jour sans États Généraux de l’éducation ( ou tout autre formulation) ,  de la culture et de l’animation… Cette réforme des temps éducatifs évacue l’ensemble des enjeux ambitieux dont « Le manifeste pour l’égalité de nos enfants  est porteur et notamment celui qui parie sur l’éducabilité de tous les enfants et ce n’est pas une petite avancée dans une société qui justifie l’échec scolaire encore aujourd’hui par les origines sociale ou culturelle des enfants.

ImageCe manifeste se doit d’encourager les actions, et pour exprimer nos ambitions nous aurions aimé qu’elles puissent être estimées en termes de besoins chiffrés (dans le paragraphe « cette haute ambition passe par ») autant pour le nombre d’élèves par classe que le nombre d’enseignants nécessaires, de remplaçants, de moyens d’aide pour la construction de structures scolaires : école, collèges, lycée…

Le besoin de parler est grand pour témoigner, dénoncer, éclairer, de la part de tous les acteurs, et peu ont pu être entendu aujourd’hui. Comme le lapsus de M. Paillard le pressentait, c’est bien jusqu’à minuit que nous aurions eu à écouter sans exiger de chacun qu’il ne presse sa parole, l’écourte, la condense ou la ravale compte tenu de l’heure impartie.

Mais nous n’avons pas seulement besoin de parler nos accords ou nos désaccords : ce dont nous sommes le plus privé dans cette société, c’est de penser ensemble et d’élaborer, non du droit, mais de l’exercice.

Ce que révèle cette matinée c’est que les formes d’exercice de la citoyenneté doivent changer, nous voulons être en charge de nous mettre au travail, de penser ensemble et non d’approuver ou non tant un manifeste dont le texte qui nous a été remis ce matin porte malencontreusement déjà la mention qu’il est « adopté » avant même que vous soyez témoin de nos paroles, qu’une réforme des temps éducatifs dont nous serons en fait les acteurs.

Si le gouvernement ne garantit pas cette élaboration collective se sera bien à la municipalité de la prendre en charge et de sa réussite ou non elle recevra la sanction aux élections municipales avant même que le gouvernement n’en reçoive la sanction aux urnes. »

Hélène Cohen Solal,

Front de Gauche / Parti de Gauche

Longtemps militante dans un mouvement d’éducation populaire (GFEN)

FSU/SNUIPP/Enseignante en Petite Section à Paris 18° (22 ans en ZEP)

Intervention du 16 février 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s